Comment le risque d’investissement est-il mesuré ?

Création d'entreprise en Espagne, Finances Laisser un commentaire   Publié le par Jonatan Carbonell

Comment le risque d'investissement est-il mesuré ?

L’investissement est un aspect fondamental de la finance. Elle nous permet non seulement de maintenir notre pouvoir d’achat mais aussi d’augmenter nos actifs financiers. Lorsque nous investissons, il y a toujours un risque de perte, il est donc nécessaire de savoir mesurer le risque d’investissement afin de se préparer à l’avance et d’obtenir le rendement attendu. En savoir plus sur la façon de le calculer.

Qu’est-ce que le risque d’investissement ?

Un risque d’investissement ou risque financier est la probabilité de perdre l’argent investi, soit parce qu’il ne fournit pas le rendement attendu, soit parce que la perte dépasse l’apport initial.

Sachant cela, il faut garder à l’esprit que tout investissement comporte un risque, aussi minime soit-il, et que plus l’investissement est important, plus le risque est grand.

Il existe toutefois des moyens de prévenir ces risques et de sécuriser nos investissements. Pour ce faire, vous devez connaître les niveaux et les types de risque d’un investissement.

 

Vous pourriez être intéressé par : Comment obtenir un crédit en Espagne ?

 

Niveaux de risque

Du point de vue d’un investisseur, il existe 3 niveaux de risque dans un investissement :

Niveaux de risque

Risque élevé

Un investissement comportant un niveau élevé de risque associé est un investissement dans lequel une grande quantité de capital et d’engagement est investie. Cela implique un niveau de rendement attendu plus élevé, mais influencé par un facteur de volatilité élevé. 

Les investisseurs expérimentés qui décident de réaliser un investissement à ce niveau sont formés et actifs tout au long du processus. L’une des stratégies de contre-mesure pour minimiser les risques est de disposer d’un plan de limitation des pertes.

Risque moyen

Le niveau de risque assumé est plus faible que dans le cas précédent et, par conséquent, le rendement attendu n’est pas aussi élevé qu’avec des niveaux de risque plus élevés. 

Ici, les niveaux de rendement sont considérables, mais il y a tellement de volatilité. Certains de ces produits sont des fonds communs de placement en actions. 

Risque faible

Un investissement à faible risque est un investissement dans lequel le capital investi est très faible, et donc les chances de perte sont très faibles. Le risque que nous sommes prêts à prendre est plus faible et, par conséquent, le rendement attendu n’est pas trop élevé.

Dans ce niveau, on trouve les dépôts à terme ou les fonds communs de placement à revenu fixe.

Types de risques

Or, certains risques sont plus prévisibles que d’autres. Ainsi, nous pouvons les classer comme suit : 

  1. Risque systémique ou de marché

Le risque systémique ou risque de marché est le risque qui affecte directement le marché indépendamment de l’entreprise dans laquelle on investit, c’est-à-dire les risques imprévisibles liés à l’économie et à d’autres facteurs externes. 

Un exemple de ce type de risque est celui de la pandémie, ou encore celui de la crise de 2008, qui a affecté l’économie mondiale et a entraîné des pertes partielles ou totales pour de nombreuses entreprises.

Des facteurs tels que le cours des actions, les taux d’intérêt, les taux de change ou les prix des matières premières peuvent vous aider à évaluer le risque de marché, mais vous ne savez jamais avec certitude ce qui va se passer.

La volatilité de ce type de risque est affectée par l’ampleur et la rapidité des événements.

  1. Risque non systémique

Également connu sous le nom de risque diversifiable, ce type de risque ne concerne qu’une entreprise spécifique, conditionnée par ses propres facteurs qui n’affectent que la performance de son action ou de son obligation.

Il peut s’agir, par exemple, de mauvais résultats commerciaux résultant d’un contrat, de données de vente inférieures aux prévisions, d’un nouveau produit d’un concurrent, d’une fraude, d’une mauvaise gestion, d’un manque de sensibilisation à un nouvel investissement, d’un manque d’attention, entre autres.

  1. Risque de liquidité

Le risque de liquidité est le cas où une entreprise doit vendre ses actifs (biens ou revenus) en dessous de la valeur du marché. Une autre façon de voir les choses, cependant, peut faire référence à la capacité de faire face à des obligations à court terme.

Elle peut également être mesurée par des ratios de liquidité tels que l’actif à court terme et le passif à court terme.

Il n’existe que deux classifications du risque de liquidité, à savoir :

  • Liquidité des actifs : lorsque les actifs ont la capacité d’être facilement négociés ou commercialisés.
  • Liquidité des fonds : lorsque l’une des parties impliquées dans la transaction ne dispose pas des fonds nécessaires pour payer ses obligations.
  1. Risque de crédit

Il peut être connu sous le nom de risque de défaillance ou de risque de contrepartie, lorsque la contrepartie a peu ou pas de capacité à remplir ses obligations après que de l’argent lui ait été prêté.

Les institutions bancaires sont celles qui gèrent le plus ce type de risque, en réalisant toujours des études qui confirment la liquidité de l’entité qui a demandé le crédit afin de minimiser les risques éventuels.

  1. Risque législatif

Ce risque est influencé par les lois et règlements du pays, qui dictent le niveau de risque d’un investissement. 

Seul le gouvernement peut créer, modifier ou supprimer certaines lois qui affectent l’opération dans laquelle des capitaux ont été investis.

Une mesure pour réduire cette probabilité est d’investir dans des pays stables dont les lois sont établies et non en attente de promulgation ; cela protégera votre capital et deviendra un risque prévisible.

  1. Risque de taux d’intérêt

Comme son nom l’indique, il est soumis aux changements et aux variations des taux d’intérêt sur le marché, c’est pourquoi il est également appelé risque systémique. 

Bien qu’elle puisse toucher tous les types d’actifs, les plus menacés sont les investissements à revenu fixe tels que les obligations ou les actions privilégiées.

  1. Risque d’inflation

L’un des risques les plus imprévisibles est le risque d’inflation, surtout lorsque vous vous trouvez dans un pays où le taux est en constante augmentation. 

Ce type de risque dépend uniquement de l’économie : si l’inflation augmente, le risque qu’elle dépasse le rendement de votre investissement augmente également.  En d’autres termes, elle peut avoir un impact sur le pouvoir d’achat ou le retour sur investissement de l’entreprise.

 

Vous pourriez être intéressé par : Pour et contre le financement par fonds de capital-risque

 

Comment mesurer le risque d’investissement ?

Il existe de nombreuses possibilités pour mesurer le risque d’un investissement, notamment :

Volatilité

Il s’agit de l’un des indicateurs les plus utilisés pour évaluer le risque d’un investissement.

Il indique la fréquence et l’ampleur avec lesquelles les prix des actifs varient. Plus le prix change fréquemment, plus la volatilité de l’investissement est grande.

Elle est mesurée à l’aide de paramètres statistiques tels que l’écart-type, qui vous donnera un aperçu de la façon dont un actif s’est comporté dans le passé.

Il est important d’évaluer la volatilité des actions et des obligations, afin de connaître le niveau de risque du capital investi.

Rentabilité

Cet indicateur mesure le rapport entre le rendement d’un investissement et le coût investi, en montrant quelle part de ce qui a été investi a été gagnée ou si elle a seulement été récupérée.

Une façon de calculer le rendement est d’analyser la valeur des actions que vous allez investir sur le marché et de voir le résultat de vos décisions d’investissement.

Le retour sur investissement

Il est également connu sous le nom de ROI. Grâce à cet indicateur, le résultat économique d’un investissement est représenté. Il est donc possible de savoir combien d’argent vous gagnez ou perdez avec chaque investissement effectué.

La formule pour calculer le retour sur investissement est la différence entre le revenu et le montant investi.

La valeur à risque

La valeur à risque, ou VaR en abrégé, mesure le risque d’un investissement au moyen de techniques statistiques traditionnelles en déterminant la probabilité de subir une perte sur une période donnée.

Le plus souvent, ces probabilités sont comprises entre 1 et 5 % ; si elles dépassent ce chiffre, la probabilité de perdre un investissement est élevée.

Nous pouvons calculer la valeur à risque de 3 façons :

  • VaR historique : elle mesure les rendements générés au cours des périodes précédentes. Ce n’est pas le moyen le plus fiable, car nous supposons qu’ils se reproduiront à l’avenir, mais en l’analysant, nous pouvons voir des opportunités invisibles. 
  • VaR paramétrique : pour calculer la VaR paramétrique, on utilise des rendements estimés et on suppose une distribution normale des rendements. 
  • VaR par Monte Carlo. Il est calculé par un logiciel informatique qui génère un grand nombre de résultats possibles en fonction des données initiales saisies par l’utilisateur.

Le feu de signalisation des risques pour les produits financiers

Le feu de signalisation des risques pour les produits financiers

La CNMV a créé un outil pour faciliter la mesure du risque d’investissement et améliorer la transparence des banques : le feu de signalisation des risques. 

Cette technique de mesure, créée par la CNMV, peut nous aider à évaluer plus facilement le risque des produits financiers en les classant en six niveaux de risque sur une échelle de couleurs, le vert représentant les produits les moins risqués et le rouge les produits les plus risqués.

 

Vous pourriez être intéressé par : Déclaration des crypto-monnaies en Espagne

 

Que devez-vous prendre en compte pour minimiser les risques ?

Une fois que vous savez quels sont les risques d’investissement et comment les calculer, suivez ces conseils pour minimiser les risques lorsque vous investissez votre argent.

  • Connaître les actifs d’investissement : une connaissance suffisante du marché sur lequel investir permettra de mesurer efficacement le risque d’investissement et d’assurer un bon rendement.
  • Anticipez les événements imprévus : Il n’est jamais possible de prédire avec certitude ce qui va se passer, mais le fait d’être conscient de ce qui se passe et de prévoir certaines situations rendra possible un résultat conforme aux attentes.
  • Diversifiez vos investissements : Cela permet de trouver un équilibre entre le risque élevé et le risque faible, ce que les investisseurs avisés appellent la règle d’or.
  • Évaluer les résultats : Il est important de garder un œil sur l’évolution de l’investissement et d’évaluer les résultats, afin de pouvoir élaborer une meilleure stratégie pour les investissements futurs.
  • Utilisez des outils de gestion des risques : vous pouvez souscrire une assurance ou mettre en place des politiques de protection telles qu’un avis de confidentialité pour garantir la sécurité de votre projet.

 

Savoir comment mesurer le risque d’investissement est important pour consolider des projets ou accroître nos actifs, et devient le point de départ pour prendre des décisions judicieuses concernant notre argent.

Si vous avez besoin d’aide pour vos finances, connectez-vous à notre site web TAS Consultancy ou résolvez vos doutes en écrivant à tasconsultoria@tas-sl.es, vous pouvez également appeler le +34 93 737 75 25 et parler à l’un de nos conseillers commerciaux. 

Publié le par Jonatan Carbonell

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *


*

TAS Consultoria - Expertise comptable et création d'entreprise en Espagne

Le blog pour créer une entreprise en Espagne