La différence entre l’indemnité de chômage et l’allocation de chômage : tout ce que vous devez savoir

Juridique en Espagne, Vivre en Espagne Laisser un commentaire   Publié le par Jonatan Carbonell

Différence entre subvention et avantage

Il est normal qu’aujourd’hui, de nombreuses conversations finissent par aborder la situation économique de l’Espagne et, par conséquent, on parle de l’allocation chômage et de l’indemnité de chômage. Tous deux fournissent un montant économique aux chômeurs, mais il existe entre eux des différences qui méritent d’être connues. Si vous voulez savoir ce qu’ils sont, dans cet article, nous vous dirons quelle est la différence entre l’allocation de chômage et l’indemnité de chômage.

Pour une personne qui perd son emploi et n’a aucune chance d’en retrouver un à court terme, continuer à gagner un revenu est primordial, surtout pour ceux qui subviennent aux besoins d’une famille. C’est pourquoi le Service public de l’emploi de l’État (SEPE) propose deux prestations qui offrent aux chômeurs une solution en attendant de trouver un nouvel emploi.

Bien que la plus connue de ces deux prestations soit l’allocation de chômage – officiellement appelée allocation contributive – il existe également des allocations de chômage. Les différences portent principalement sur la période de cotisation, la durée de la prestation et son montant.

Différence entre l’allocation de chômage et l’indemnité de chômage

En ce qui concerne l’assurance chômage, le SEPE dispose de différentes prestations et subventions qui sont adaptées aux besoins de chaque chômeur. À cet égard, il est important de connaître les principales différences et de savoir quand un chômeur doit demander l’un ou l’autre.

Toutefois, nous pouvons vous dire à l’avance que la principale différence entre l’allocation de chômage et l’indemnité de chômage réside dans les cotisations. Si 360 jours de cotisation sont nécessaires pour demander des allocations de chômage, ce n’est pas le cas pour les indemnités de chômage. 

Autre différence, pour accéder à cette aide financière, il est indispensable de ne pas avoir un revenu supérieur à 75% du salaire minimum interprofessionnel, soit, pour 2022, 750 euros par mois.

Prestations contributives ou chômage

La prestation contributive protège la situation de chômage de ceux qui, étant capables et désireux de travailler, perdent leur emploi temporairement ou définitivement ou voient leur temps de travail ordinaire réduit de 10 % et 70 %, selon le SEPE. Le terme “contributif” fait référence au fait que la personne sera payée en fonction du montant cotisé. C’est pourquoi, plus une cotisation dure longtemps, plus elle sera payée.

Pour bénéficier de l’allocation de chômage, l’intéressé doit remplir une série de conditions, comme avoir travaillé et cotisé pendant au moins 360 jours au cours des 6 années précédant la situation de chômage actuelle.

De même, le montant à percevoir dépendra des bases de cotisation de la Sécurité sociale pour les contingences professionnelles au cours des 180 derniers jours de cotisation. 

En outre, en fonction des bases de cotisation et du nombre d’enfants du chômeur, le montant à percevoir varie entre 540,41 et 1 519,92 euros. Toutefois, le SEPE dispose d’une calculatrice qui permet d’estimer le montant à recevoir.

Droit à une prestation contributive

Comme indiqué plus haut, la prestation contributive est destinée aux personnes qui ont perdu leur emploi de façon temporaire ou permanente, ou qui ont vu leur temps de travail normal réduit de 10 % ou de 70 %. Toutefois, pour en bénéficier, vous devez remplir les conditions suivantes :

  • Vous devez être affilié et être inscrit ou assimilé à la Sécurité sociale dans un régime qui est couvert par le contingent de chômage.
  • Être légalement sans emploi et disponible pour commencer une recherche active d’emploi.
  • Être inscrit ou rester inscrit en tant que demandeur d’emploi tant que la prestation est perçue.
  • Ne pas avoir atteint l’âge ordinaire de la retraite.
  • Ne pas exercer d’activité indépendante ou salariée à temps plein, sauf compatibilité établie par un programme de promotion de l’emploi.
  • Ne pas percevoir une pension de la sécurité sociale incompatible avec le travail.

 

Vous pouvez également être intéressé par : Souscrire une assurance pour les étrangers en Espagne 

 

Prestations de chômage

Si vous avez travaillé pendant moins d’un an, vous avez peut-être droit à des allocations de chômage. Toutefois, il faut savoir que la durée de cette aide financière dépendra du nombre de mois de cotisation et de l’existence ou non de charges familiales, telles que décrites par le SEPE.

Comme pour le chômage, pour bénéficier des allocations de chômage, la personne doit être légalement sans emploi et inscrite comme demandeur d’emploi. Toutefois, la principale différence réside dans la durée de cotisation du chômeur.

Alors que l’allocation de chômage exige un minimum de 360 jours, la subvention à l’emploi exige au moins 3 mois de cotisations si vous avez des responsabilités familiales et 6 mois dans le cas contraire.

Quant à la prestation, elle durera entre 3 et 5 mois selon le montant des cotisations. Si la cotisation dépasse 6 mois, la prestation durera 6 mois s’il n’y a pas de charges familiales et 21 mois dans le cas contraire.

Cela dit, le montant à percevoir est équivalent à 80 % de l’indicateur public de revenus à effets multiples (IPREM). C’est-à-dire 463,21 euros comme indiqué ce 2022.

Droit à l’allocation de chômage

Les personnes qui souhaitent demander l’allocation de chômage offerte par le SEPE doivent remplir les conditions suivantes :

  • Vous devez avoir payé des cotisations de chômage pendant au moins 3 mois si vous avez des responsabilités familiales, ou 6 mois si vous n’avez pas de responsabilités familiales et n’avez pas 360 jours de cotisations.
  • Ne pas percevoir un revenu, de quelque nature que ce soit, supérieur à 75% du salaire minimum interprofessionnel.
  • Être légalement au chômage.
  • Vous devez être inscrit et rester inscrit en tant que demandeur d’emploi pendant toute la période où vous bénéficiez de la prestation.

 

Vous pouvez également être intéressé par : La fiscalité en Espagne pour les étrangers

 

Y a-t-il d’autres subventions ?

Il existe une typologie au sein des mêmes subventions, mais toutes offrent les 430 euros. Nous allons vous dire quelles sont les plus courantes :

  • Subvention pour cotisations insuffisantes. Il s’agit d’une prestation destinée aux personnes qui perdent leur emploi mais qui n’ont pas accumulé les 360 jours de cotisation requis pour prétendre à une prestation contributive.
  • Allocation familiale. Il s’agit d’une prestation destinée aux personnes ayant des responsabilités familiales, qui n’ont pas de revenu et qui viennent d’épuiser leur prestation contributive.
  • Pour les personnes âgées de plus de 45 ans. Pour être éligible, vous devez être âgé de plus de 45 ans et ne pas avoir de responsabilités familiales.
  • Allocation pour les plus de 52 ans. Il s’agit d’un avantage financier qui dure jusqu’à la retraite. Elle peut être demandée par les personnes âgées de plus de 52 ans qui remplissent certaines conditions de cotisation pour la retraite ordinaire.

 

Vous pouvez également être intéressé par : Tout sur les allocations de chômage en Espagne 2022

 

Si vous voulez continuer à profiter de ce genre de contenu, vous pouvez vous abonner à notre blog TAS Consultancy où nous publions constamment de nouveaux blogs sur l’actualité espagnole. Si vous avez besoin de conseils sur les procédures légales à suivre pour vous installer en Espagne ou y apporter votre idée d’entreprise, n’hésitez pas à nous contacter via notre site web !

Publié le par Jonatan Carbonell

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *


*

TAS Consultoria - Expertise comptable et création d'entreprise en Espagne

Le blog pour créer une entreprise en Espagne