Skip to content

Relations d’affaires en Espagne : laquelle choisir ?

Relations d'affaires en Espagne : laquelle choisir ?

Compte tenu des différents types de relations d’entreprise qui existent en Espagne, nous avons décidé aujourd’hui d’expliquer en quoi consiste chacune d’entre elles afin que vous puissiez choisir celle qui s’adapte le mieux aux besoins de votre entreprise. Ce sujet vous intéresse ? Continuez à lire ci-dessous !

Quels sont les types de relations d’entreprise ?

Tout d’abord, il convient de noter que les relations d’entreprise constituent un contrat entre deux ou plusieurs personnes qui sont liées pour réaliser les opérations d’une entreprise. Actuellement, en Espagne, nous pouvons répertorier différents types d’entreprises, telles que les suivantes :

Sociétés commerciales

Ce type de relation d’entreprise est probablement le plus connu et comprend quatre groupes distincts : la société à responsabilité limitée, la société par actions, la société en nom collectif et la société en commandite.

Sociétés commerciales

Société à responsabilité limitée (SL)

Si vous envisagez de créer une PME, c’est peut-être une option qui convient à votre idée d’entreprise. Pourquoi ? D’une manière générale, les sociétés à responsabilité limitée se caractérisent par le fait qu’elles nécessitent un faible investissement par rapport à d’autres formes juridiques, et qu’il est possible de le réaliser individuellement ou de le constituer avec quelques associés.

De même, comme son nom l’indique, la responsabilité des associés est limitée au capital apporté et est divisée en parts. En ce sens, un minimum de 3 000 euros est requis pour sa constitution et doit être payé en totalité au moment de la signature de l’acte public.

En ce qui concerne la fiscalité, elles sont imposées au titre de l’impôt sur les sociétés, ce qui permet de bénéficier de déductions et de remises.

Société anonyme (SA)

Dans ce cas, les sociétés anonymes sont idéales si vous envisagez de créer une grande entreprise, car ce sont des structures réglementées et assez grandes qui peuvent être cotées en bourse.

Pour cette raison, l’investissement minimum pour enregistrer une SA est de 60 000 euros, et ce montant peut être apporté en totalité au moment de sa création ou par des versements partiels. En outre, le capital sera divisé en actions cessibles.

Dans ces relations d’entreprise, il est courant que des comptes annuels soient établis et que l’État procède à des inspections régulières.  Et lorsqu’il s’agit de déclarer des impôts, ils seront imposés au titre de l’impôt sur les sociétés, correspondant à 25% des bénéfices obtenus.

 

Vous pouvez également être intéressé par : Comment enregistrer un nom commercial en Espagne ?

 

Entreprise appartenant aux travailleurs (SRLL / SAL)

Les sociétés de travailleurs correspondent à un type particulier de société à responsabilité limitée ou de société anonyme, avec la distinction que deux groupes sont inclus dans leur propriété : la classe des travailleurs, qui détient environ 51% des actions, et la classe générale, qui ne travaille pas directement dans l’entreprise.

L’investissement minimum pour constituer ce type de société sera le même que dans les cas précédents, soit 60 000 euros (dans le cas d’une société anonyme) ou 3 000 euros (dans le cas d’une société à responsabilité limitée).

En outre, un fonds de réserve spécial de 10 % du bénéfice doit être constitué.

Société en nom collectif (SC)

Ce type de société commerciale signifie qu’en tant qu’actionnaire, vous n’investissez pas seulement des capitaux, mais participez également à la gestion de la société.

De même, aucun capital minimum n’est requis pour sa constitution et il est nécessaire qu’elle soit composée d’au moins deux associés et qu’elle fasse figurer dans sa dénomination le nom de l’un des associés suivi des mots “et société”. En ce qui concerne le nombre maximum de partenaires, il n’y a pas de chiffre établi.

En revanche, sa responsabilité est illimitée ; cela signifie que les associés sont personnellement responsables des pertes subies par la société, et la dette correspondante peut être réclamée à chacun des associés.

Société en commandite (S.Com)

Ces partenariats sont souvent intéressants car ils n’exigent pas de capital minimum pour démarrer les opérations, et peuvent être composés de deux types de partenaires :

  • Les commandités, qui sont responsables de manière illimitée des dettes de la société et participent à la gestion de celle-ci.
  • Les commanditaires, qui ne participent pas aux questions de gestion de l’entreprise et dont la responsabilité est limitée au capital apporté.

Vous identifiez-vous comme un partenaire général ou limité ? Dans ce cas, il s’agit probablement d’un type de partenariat qui correspond à vos besoins et vous permet de réaliser vos projets.

 

Vous pouvez également être intéressé par : Secteurs industriels en Espagne : dans quels secteurs un étranger peut-il investir ?

 

Autres types de relations d’entreprise

Société civile publique

Ce type de société fonctionne comme un accord de partenariat privé entre deux ou plusieurs personnes qui réalisent un investissement dans la société et exercent conjointement une activité lucrative.

En ce sens, les associés cherchent à partager la rémunération obtenue ou les bénéfices que l’entreprise peut générer.  En outre, ils sont imposés au titre de l’impôt sur le revenu des personnes physiques, puisque les partenaires agiront de cette manière.

Par conséquent, si vous recherchez un partenaire pour mener à bien un projet ou un événement pendant une période déterminée, il s’agit peut-être de la relation d’entreprise dont vous avez besoin. En outre, un avantage qui attire souvent l’attention dans le monde des affaires est le fait qu’il ne nécessite pas de capital d’investissement minimum et que la responsabilité est illimitée et personnelle vis-à-vis des tiers.

Société coopérative

Lorsque nous parlons de sociétés coopératives, nous faisons référence à des groupes de personnes différentes qui cherchent à développer une activité commerciale sans but lucratif, mais avec un objectif social.

En Espagne, il existe deux types de coopératives : les coopératives à un niveau (généralement trois personnes physiques ou morales) et les coopératives à deux niveaux (généralement deux personnes morales ou plus).

Un autre aspect favorable est que la responsabilité des partenaires est limitée à leur apport. Toutefois, elle peut être modifiée et devenir illimitée.

En ce qui concerne le nombre de partenaires, ceux-ci sont généralement composés de 2 à 5 personnes au départ. Quant à l’investissement, il convient de mentionner qu’il doit être défini dans les statuts et peut varier en fonction du nombre de membres existants. Toutefois, aucun des membres ne peut détenir plus de 25% du capital dans le cas des coopératives de premier degré, et 45% dans le cas des coopératives de second degré.

 

Vous pouvez également être intéressé par : Comment transformer votre entreprise en franchise ?

 

S’il est vrai qu’il existe plusieurs types de relations d’entreprise, les bons conseils vous permettront d’en savoir plus pour créer une entreprise qui réponde vraiment à vos besoins. C’est pourquoi, grâce à ce lien, vous pouvez contacter nos experts chez TAS Consultancy et dissiper tous vos doutes.

trouver ici

Le contenu dont vous avez besoin

créer votre entreprise en Espagne.

¿Qu'avez-vous pensé de ce contenu ?

0 0 votos
Article Rating
Suscribirse

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Les champs obligatoires sont marqués avec*

Notify of
guest
*
0 Comments
Comentarios en línea
Ver todos los comentarios