GUIDE POUR LA CRÉATION D’UNE SOCIÉTÉ EN ESPAGNE

Création société Espagne Laisser un commentaire   Publié le par Jonatan Carbonell

GUÍA PARA CREAR UNA EMPRESA EN ESPAÑA

“Créer une société dans un pays étranger” peut sembler un peu accablant à la lecture, cependant, nous avons créé ce guide pour vous aider à vous orienter dans la création de votre société en Espagne.

Lorsque nous parlons de la création d’une entreprise en Espagne, nous devons prendre en compte de nombreux aspects afin de la mener à bien. Vous devrez tenir compte du type de forme juridique de la société, des statuts, des différents types de documents à fournir, de l’enregistrement des brevets, des marques, etc. 

Ce ne sont là que quelques-uns des aspects que vous devrez prendre en compte. Nous examinons ci-dessous en détail les étapes que vous devez suivre pour atteindre cet objectif avec succès. N’oubliez pas que vous pouvez obtenir des conseils financiers et juridiques auprès de nous, afin que ce processus soit beaucoup plus confortable pour vous.

Sommaire

Exigences

GUÍA PARA CREAR UNA EMPRESA EN ESPAÑA 2

Il existe un certain nombre d’exigences auxquelles vous devez satisfaire pour établir une société en Espagne. Prêtez une attention particulière à chacune d’entre elles afin d’atteindre votre objectif d’établir votre entreprise dans le pays. Nous vous en parlons :

Être un résident légal de l’Espagne. 

Elle est indispensable et primordiale.

Cependant, il existe deux cas de figure. Si vous appartenez à l’Union européenne ou à la Suisse, à l’Islande, à la Norvège ou au Liechtenstein, il vous suffira de demander votre NIE (numéro d’identité d’étranger) et le certificat d’enregistrement de l’Union européenne.

En revanche, si vous êtes un étranger n’appartenant pas aux territoires mentionnés ci-dessus, vous devrez demander un visa d’entrepreneur avec le permis de séjour professionnel correspondant.

Il y a deux façons de demander ce visa :

  • Si vous êtes dans votre pays d’origine et n’avez jamais vécu légalement en Espagne, vous devez demander ce visa à l’ambassade d’Espagne de votre pays respectif, au bureau économique et commercial. Après 10 jours ouvrables, vous recevrez les résultats de votre demande. Une fois que le visa a été accepté pour que vous puissiez vous rendre en Espagne, vous recevrez votre carte de séjour.
  • En revanche, si vous êtes en Espagne légalement, la seule chose que vous aurez à faire est de demander un permis de séjour.

Avoir l’âge légal. 

La condition suivante que vous devez remplir est que vous devez avoir l’âge légal en Espagne, qui est de 18 ans.

Pas de casier judiciaire. 

Dans cette section, nous devons mentionner que vous ne devez pas avoir de casier judiciaire en Espagne ou dans un autre pays.

Ne pas figurer sur la liste des produits à rejeter. 

Lorsque nous parlons de ne pas apparaître comme rejetable, nous ne faisons pas seulement référence au pays espagnol, mais à tous les pays avec lesquels il a des accords.

Avoir l’expérience nécessaire 

De pouvoir exercer l’activité économique sans inconvénient.

Créer de nouveaux emplois. 

Vous devez définir si l’activité économique que vous allez réaliser sera en mesure de créer de nouveaux emplois en Espagne.

Disposer du capital nécessaire. 

Une autre condition est que vous devez disposer d’un capital suffisant pour couvrir votre séjour en Espagne et l’investissement principal de votre entreprise.

Assurance maladie. 

Dans ce cas, l’assurance médicale internationale ne vous conviendra pas, vous devez avoir une assurance médicale dans le pays.

Vous pourriez être intéressé par : Les 5 industries les plus rentables en Espagne [2021]

Forme juridique

GUÍA PARA CREAR UNA EMPRESA EN ESPAÑA 3

Après avoir rempli toutes les conditions que nous vous avons enseignées, l’étape suivante consistera à établir et à définir la forme juridique de votre modèle d’entreprise. 

C’est pourquoi nous présentons ci-dessous les 20 formes juridiques différentes qui existent en Espagne :

Entrepreneur individuel

L’entreprise individuelle est une entreprise à responsabilité limitée où la gestion de l’activité économique est effectuée de manière individuelle et personnelle.

Ce type de forme juridique a la caractéristique de n’avoir qu’un seul associé, qui est la personne physique que nous avons mentionnée, a une responsabilité illimitée, aucun capital légal minimum n’est requis et l’entrepreneur est responsable de tous ses actifs.

Entrepreneur à responsabilité limitée

Cet entrepreneur est presque identique à l’entrepreneur individuel, sauf qu’il a une responsabilité limitée car il remplit certaines conditions

Communauté de biens

La communauté de biens est fondée sur l’association d’une activité commerciale entre plusieurs personnes, partageant la propriété d’un bien ou d’un droit.

Cette forme juridique doit avoir un minimum de 2 associés, sans nécessité de disposer d’un capital légal minimum et où l’associé est responsable de tous ses biens.

Communauté civile

La Communauté civile est le placement d’un capital commun entre deux ou plusieurs personnes, afin de partager les bénéfices générés par l’activité économique. 

Ce type de forme juridique présente les mêmes caractéristiques que la communauté de biens, avec un minimum de 2 associés, sans nécessité de disposer d’un capital légal minimum et où l’associé est responsable de tous ses biens.

Société en nom collectif

Il s’agit d’une société commerciale où les partenaires établissent un pourcentage de participation aux droits et obligations. 

Les caractéristiques de cette société sont identiques à celles de la société en nom collectif et de la société civile.

Société en commandite

Il s’agit d’une société commerciale comme la société en nom collectif, à la différence qu’il existe des commandités, dont la responsabilité est illimitée, et des commanditaires, dont la responsabilité est basée sur la proportion du capital qu’ils ont apporté.

Les caractéristiques sont les mêmes que celles des trois dernières formes juridiques dont nous avons parlé.

Société à responsabilité limitée

Il s’agit d’une société dans laquelle le capital social est divisé en actions indivisibles et cumulatives. Dans ce cas, les partenaires ne répondront pas personnellement aux dettes sociales.

Cette société présente certaines caractéristiques où il doit y avoir au moins un associé, et dont le capital social n’est pas inférieur à 3.000 euros, dont les responsabilités seront soumises au capital apporté par chaque associé.

Société en commandite à formation successive

Cette forme juridique est une société commerciale presque identique à la société à responsabilité limitée, à l’exception de certaines obligations visant à assurer la protection des tiers.

Cette société a la particularité de pouvoir être constituée avec un seul associé, où il n’y a pas de capital minimum à apporter et où la responsabilité est limitée au capital apporté à la société.

Société anonyme Nouvelle société

C’est une spécialité de la société anonyme, où le nombre minimum d’associés est de 1 et le maximum de 5. Un apport minimum de 3 000 euros est également requis, mais il est plafonné à 120 000 euros. La responsabilité est également limitée au capital apporté à la société.

Société anonyme

Les sociétés sont constituées par des actionnaires, ces derniers ne sont pas personnellement responsables des dettes de la société, qui est composée des contributions des associés.

Pour cette forme juridique, un minimum d’un associé est requis, avec un capital d’au moins 60 000 euros, où la responsabilité est limitée au capital apporté à la société.

Société en commandite par actions

Il s’agit d’une société commerciale, constituée par le capital social qui est divisé en parts en fonction des apports des associés. Il y a un associé général dont la responsabilité est illimitée et qui est responsable de l’administration de la société et sera également personnellement responsable des dettes de la société.

Il faut un minimum de 2 associés pour se constituer, avec un capital social minimum de 60 000 euros et où l’associé est responsable de tous ses actifs.

Société à responsabilité limitée du travail

Il s’agit de sociétés à responsabilité limitée dont la majorité du capital social est détenue par les travailleurs qui y fournissent des services personnels et directs.

Un minimum de 2 associés est requis, avec un capital social minimum de 3 000 euros et où la responsabilité est limitée au capital apporté à la société.

Société du travail

Il s’agit de sociétés anonymes dont la majorité du capital social est détenue par les travailleurs qui fournissent des services personnels et directs dans l’entreprise.

Cette forme juridique requiert un minimum de 2 actionnaires, avec un capital social d’au moins 60 000 euros et sa responsabilité est limitée au capital apporté à la société.

Société coopérative

Il s’agit d’une société composée de membres qui exercent des activités commerciales, avec un fonctionnement démocratique.

Pour une société coopérative de premier degré, un minimum de 3 associés est nécessaire, tandis que pour un second degré, 2 coopératives sont nécessaires, où le capital social minimum apporté est celui fixé dans les statuts et elles ont une responsabilité limitée au capital apporté dans la société.

Société coopérative de travail associé

Entreprise formée par des personnes qui offrent à leurs partenaires un emploi à temps partiel ou à temps plein, par le biais d’une organisation commune.

Elle requiert un minimum de 3 associés dont le capital social minimum légal est fixé dans les statuts et ont une responsabilité limitée au capital apporté à la société.

Sociétés professionnelles

Il s’agit d’une société dont l’objet est l’exercice en commun d’une activité professionnelle.

Un seul associé est nécessaire, dont le capital social sera défini en fonction de la forme juridique adoptée, et dont la responsabilité sera limitée au capital apporté à la société.

Société de transformation agraire

Il s’agit de sociétés civiles ayant un objectif socio-économique afin de produire, transformer et commercialiser des produits agricoles, d’élevage ou forestiers, la réalisation d’améliorations du milieu rural, la promotion et le développement agraire et la fourniture de services communs qui servent leur objectif.

Pour ces sociétés, il n’y a pas de capital légal minimum, mais un minimum de 3 associés est requis, chacun étant responsable de ses propres biens.

Société de garantie réciproque

Ce sont des institutions financières qui sont chargées de financer les petites et moyennes entreprises.

Cette société nécessite un minimum de 150 associés, dont le capital est d’au moins 10 000 000 euros, chaque associé étant limité au capital apporté à la société.

Entités de capital-risque

Ces entités sont celles qui fournissent un financement direct et indirect à d’autres entreprises, afin qu’elles puissent augmenter leur valeur et se retirer avec un bénéfice.

Les sociétés de capital-risque doivent disposer d’un capital minimum de 1 200 000 euros, tandis que les fonds de capital-risque doivent disposer d’un capital minimum de 1 650 000 euros. Le conseil d’administration doit compter au moins trois membres et la responsabilité est limitée au capital apporté à la société.

Groupement d’intérêt économique

Ce sont des sociétés commerciales dont l’objectif est d’améliorer les résultats de l’activité de ses partenaires.

Dans ces sociétés, l’associé est responsable de tous ses biens, un minimum de 2 associés est nécessaire et il n’y a pas de capital légal minimum.

Vous pourriez être intéressé par : Les associations d’entrepreneurs en Espagne

Formalités

GUÍA PARA CREAR UNA EMPRESA EN ESPAÑA 4

Une fois que vous avez défini la forme juridique qui convient le mieux à votre entreprise, vous pouvez poursuivre le processus d’ouverture d’une société en Espagne. Pour cela, la prochaine étape de ce processus consistera à accomplir un certain nombre de formalités nécessaires à la création d’une telle société.

Ces démarches doivent être effectuées de manière méticuleuse afin qu’elles puissent être réalisées correctement, c’est pourquoi TAS Consultancy met à votre disposition son expérience et ses capacités afin de vous conseiller et de vous accompagner dans la réalisation de votre projet de création d’entreprise en Espagne.

Ces procédures sont les suivantes :

Demande de numéro d’identification des étrangers (NIE)

Le numéro d’identification des étrangers est un numéro unique appartenant à chaque étranger qui a demandé un tel document. Ce permis vous sera délivré une fois que vous aurez obtenu l’autorisation de séjourner en Espagne. Ce document sera celui dont vous aurez besoin pour effectuer toutes les formalités que vous souhaitez faire dans le pays, qu’il s’agisse d’ouvrir un compte bancaire, d’acheter une voiture, de remplir une déclaration d’impôt, etc. Il est très important de ne pas sauter cette étape, car c’est la plus importante pour que vous puissiez effectuer les démarches sur le territoire espagnol sans aucun inconvénient.

Les étapes à suivre pour demander ce document ne sont pas difficiles, vous devrez simplement fournir les documents suivants au consulat général :

  • Une lettre demandant le NIE, ainsi qu’une explication des raisons pour lesquelles vous demandez ce document.
  • Apportez l’original et l’imprimé du modèle officiel EX 15. Veillez à tout remplir correctement.
  • Preuve du paiement des frais consulaires.
  • Formulaire d’information sur le candidat.
  • Présentez l’original du passeport, ainsi qu’une copie de votre page biographique.
  • Si la demande est faite par un représentant, vous devez disposer de l’accréditation de la représentation dans laquelle il est expressément indiqué que le représentant est habilité à présenter la demande de cession de NIE.

Si vous vous trouvez en Espagne et que vous souhaitez demander ce document, vous devez prendre rendez-vous dans un bureau de police du pays.

Enregistrement du nom de la société

L’étape suivante que vous devrez demander est la certification négative du nom de votre entreprise, ce certificat atteste qu’il n’y a pas d’autre entreprise qui exerce son activité économique sous le même nom que celui que vous avez demandé.

Les étapes à suivre pour demander cette procédure, comme la précédente, sont assez simples :

  • La première chose que vous devez faire est de vous rendre sur le portail de la Companies House. 
  • Ensuite, vous devrez remplir le formulaire de demande avec les 5 noms de société possibles que vous souhaitez.
  • Ensuite, vous devrez définir la forme ou le type de votre entreprise dans la case située à droite.
  • Appuyez sur le bouton “Continuer”.

Une fois que vous avez terminé ces étapes, vous devez attendre environ 48 heures, où vous serez informé des noms de sociétés que vous avez sélectionnés et qui sont disponibles. 

Dans le cas où vous souhaitez effectuer cette procédure en personne, vous pouvez vous rendre dans les bureaux physiques du registre du commerce pour demander votre document sans aucun problème.

Domiciliation de l’entreprise

Une autre étape que vous devrez suivre pour créer votre entreprise est de la faire enregistrer en Espagne. Qu’est-ce que cela signifie ? Vous devez avoir un siège social dans le pays où votre entreprise est gérée et administrée. Pour cela, il faut d’abord connaître deux notions fondamentales pour pouvoir effectuer cette inscription, le siège social et l’adresse fiscale.

Ces deux concepts, malgré leurs nombreuses similitudes, présentent quelques différences qui, bien que minimes, sont d’une grande importance.

Il convient de noter que, pour procéder à la création de votre entreprise, vous devez disposer d’un siège social, puis, pour commencer à travailler, vous avez besoin d’une adresse fiscale, qui est également appelée domicile des activités.

Cela dit, voici les définitions de ces deux types de domiciles :

 

  • Siège social :

 

Au moment de la création de votre société, vous devez établir votre siège social. Selon l’article 9 de la loi sur les sociétés, “les sociétés de capitaux doivent établir leur siège social sur le territoire espagnol à l’endroit où se trouve le centre de leur administration et de leur direction effective, ou à l’endroit où se trouve leur principal lieu d’activité ou d’opération”. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que le siège social est le lieu à partir duquel l’administration et la gestion de la société sont effectuées.

Comme indiqué ci-dessus, le siège social est défini par la loi sur les sociétés de capitaux, cette adresse apparaîtra dans le registre mercantile, dont la connaissance sera publique pour toutes les personnes.

Il est important que vous sachiez qu’il n’est pas nécessaire que le siège social soit le même que l’adresse fiscale, cependant, cela est très courant dans les sociétés. Une autre chose importante à savoir est qu’il n’est pas obligatoire pour les travailleurs indépendants de présenter une adresse de siège social.

 

  • Domicile fiscal :

 

Contrairement à l’adresse sociale, l’adresse fiscale est définie par la loi générale des impôts qui, dans son article 48, établit que l’adresse fiscale est le “lieu où se trouve le contribuable dans ses relations avec l’administration fiscale”. C’est à cette adresse que seront envoyées les notifications relatives à vos obligations fiscales.

Le domicile fiscal sera également le lieu où s’effectue la gestion de l’activité économique de l’entreprise. Elle varie toutefois en fonction de la forme juridique. Par exemple, le domicile fiscal d’un entrepreneur indépendant sera son domicile ou le lieu où l’activité économique est exercée ; cependant, pour une société mercantile, comme nous l’avons mentionné précédemment, ce sera le lieu où la gestion de l’activité économique est exercée.

Ces deux adresses sont celles qui seront incluses dans votre numéro d’identification fiscale (NIF), dont nous parlerons ensuite. Nous devons également vous dire que le cabinet de conseil et l’agence TAS Consultoría vous propose un service de domiciliation fiscale indispensable à l’établissement de votre entreprise en Espagne. Dans ce cas, votre entreprise sera domiciliée à l’adresse de notre cabinet de conseil qui recevra pour vous toutes les notifications provenant de l’administration fiscale et sociale.

Numéro d’identification fiscale (NIF)

Le numéro d’identification fiscale, est un numéro unique qui identifiera l’entreprise de toutes les autres, ce numéro est associé à un siège social, que nous avons expliqué ci-dessus, et qui peut être tracé par l’État. 

Pour demander votre FNI, un mois doit s’être écoulé depuis la date de constitution de l’entité juridique, cette procédure s’effectue auprès du bureau des impôts. Vous pouvez le faire en personne, mais si vous disposez d’un certificat numérique ou si vous êtes enregistré dans le système Cl@ve PIN, vous pouvez le faire par voie électronique.

Vous devrez d’abord demander un numéro d’identification fiscale provisoire, en remplissant le formulaire 036. Après avoir reçu votre NIF provisoire, vous pourrez, dans un délai de 6 mois, demander le NIF définitif en présentant une copie de l’acte de constitution de la société.

Vous pourriez être intéressé par : Le NIF en Espagne : Ce que vous devez savoir !

Identification des associés et rédaction des statuts de la société

Une des étapes clés lors de la création de votre société, est la rédaction des statuts qui diront les principales fonctions du gérant, le nombre d’associés, leurs signatures et leur pourcentage de participation, et d’autres informations qui feront qu’il n’y aura pas de problèmes futurs concernant le fonctionnement de la société.

C’est pourquoi il est fortement recommandé de s’entourer d’un ou plusieurs avocats experts en la matière afin qu’il n’y ait pas de problèmes ou de contradictions dans la rédaction de ces statuts qui pourraient entraîner des conséquences juridiques. TAS Consulting met à votre disposition un certain nombre de juristes qualifiés qui peuvent faciliter ce processus en vous prenant par la main tout au long de la rédaction des statuts et en vous donnant des conseils et des astuces qui seront bénéfiques pour vous et votre entreprise.

Certaines des mentions dont vous aurez besoin pour créer vos statuts d’entreprise seront :

  • Le nom ou la raison sociale de l’entreprise
  • L’activité de l’entreprise  
  • L’adresse du siège social  
  • Le montant du capital de l’entreprise  
  • Les conditions de transfert des actions  
  • Le nom du gestionnaire et ses fonctions  
  • Le nom des partenaires 
  • le nombre d’actions détenues par les associés  
  • Les signatures des partenaires

Ouverture d’un compte bancaire

Une fois que vous aurez effectué toutes les démarches que nous avons mentionnées, l’étape suivante consistera à ouvrir un compte bancaire, sur lequel vous devrez déposer le capital social minimum requis, qui dépendra de la forme juridique que vous avez adoptée. Au début de ce guide, nous avons énuméré les 20 types de formes juridiques qui existent en Espagne, où vous pouvez adopter celle qui convient le mieux à l’activité économique de votre entreprise.

Nous vous recommandons 4 types de banques où vous pouvez ouvrir votre compte. La banque Santander, qui est l’une des principales banques d’Europe, la banque Caixa qui est une caisse d’épargne, la banque BBVA qui collabore avec l’Amérique latine, et la banque Sabadell, qui est une banque d’affaires recommandée pour adapter une forme d’entreprise en tenant compte des investisseurs étrangers.

Il est très important de mentionner que si vous n’avez pas assez d’argent pour le capital minimum requis selon la forme juridique, vous pouvez utiliser différents actifs qui peuvent s’ajouter au montant minimum de ce capital. Bien que nous recommandions toujours, si vous avez suffisamment d’argent pour ce capital, de le mettre à la disposition de l’entreprise.

Signature de l’acte public

La prochaine étape pour créer notre société, sera d’aller chez le notaire pour signer l’acte public, pour cela, vous devez fournir au notaire l’objet social, les statuts, l’adresse de votre société, l’attestation bancaire, la certification négative du nom de la société, et les pièces d’identité de tous les associés.

Tous les associés doivent être présents au moment de la signature de l’acte public, une fois que cela est fait, vous devrez attendre environ 3 semaines pour recevoir une réponse positive, cependant, une fois que vous aurez signé cet acte devant le notaire, vous recevrez un numéro de TVA provisoire avec lequel vous pourrez commencer votre activité économique.

Inscription de la société au registre du commerce

Une fois que vous avez signé l’acte public devant un notaire, l’étape suivante consiste à enregistrer votre société au registre du commerce. Pour ce faire, vous devez vous rendre dans un bureau de la province où se trouve votre entreprise.

Lorsque vous vous rendrez à ce bureau, vous devrez présenter les documents suivants :

  • Numéro d’identification fiscale de la société.
  • Formulaire 600.
  • L’acte public.
  • Certificat de société à participation ouvrière.

S’il s’agit d’une société à responsabilité limitée :

  • Document notarié.
  • Inscription au recensement des entrepreneurs et des professionnels.
  • DNI ou NIE
  • Formulaire 601.

À partir du moment où vous signez l’acte public, vous disposez d’un délai de deux mois pour inscrire votre société au registre du commerce.

S’inscrire à l’IAE

L’impôt sur les activités économiques est un impôt qui s’applique aux entreprises, tant aux indépendants qu’aux sociétés, pour l’exercice d’une activité économique sur le territoire espagnol. L’une des étapes à suivre pour établir votre société en Espagne est de vous inscrire auprès de l’IAE.

Cette procédure peut être effectuée en ligne, ce qui vous évite de devoir vous rendre en personne dans un bureau. Pour s’inscrire, le site électronique de l’Agence des impôts fournit les informations suivantes sur la procédure :

” Présentation des formulaires 840 et 848. Lorsque la gestion du recensement est effectuée par l’administration fiscale de l’État, les déclarations d’inscription, de modification ou de radiation de l’IAE (formulaire 840) seront déposées auprès de la délégation ou de l’administration correspondante de l’agence de l’administration fiscale de l’État. Il sera possible de déposer ce formulaire par voie électronique. La notification du montant net du chiffre d’affaires (formulaire 848) est déposée soit directement auprès de toute Délégation ou Administration de l’Agence de l’Administration Fiscale de l’État, soit par courrier recommandé, adressé à la Délégation ou Administration de l’Agence de l’Administration Fiscale de l’État correspondant au domicile fiscal du contribuable, soit par voie télématique par le biais du registre électronique de l’AEAT”.

Enregistrement de brevets et de marques

L’enregistrement du brevet et de la marque est similaire à ce que nous avons fait dans les premières étapes pour établir le nom de notre société. Cela doit être fait pour confirmer qu’aucune autre entreprise n’utilise le même logo, le même slogan ou tout autre élément qui, selon vous, doit être établi comme étant le vôtre.

Cette procédure s’effectue auprès de l’Office espagnol des brevets et des marques. Elle peut se faire soit en personne, soit à leur siège électronique. 

Si vous souhaitez enregistrer des brevets et des marques en ligne, vous devrez vous rendre à leur siège électronique, où vous pourrez enregistrer tout ce qui vous semble nécessaire, logos, noms commerciaux, marques, etc.

La procédure est simple et pas du tout lourde, vous devez garder à l’esprit que le délai d’attente pour l’octroi d’une marque est de 12 mois, pour autant que vous ayez soumis les documents appropriés pour l’enregistrement de la marque.

Certificat électronique

Bien que cette procédure ne soit pas obligatoire, nous l’incluons dans cette section car il est fortement recommandé de demander un certificat électronique pour pouvoir effectuer les procédures de votre entreprise en ligne afin de faciliter et de gagner un temps considérable. Ce document est émis par la Monnaie espagnole (Fábrica Nacional de Moneda y Timbre) dans son siège électronique.

Pour demander cette procédure, il vous suffit de :

  • Effectuez les configurations précédentes demandées par la page.
  • Demandez le certificat en ligne.
  • Prouvez votre identité.
  • Téléchargez le certificat.

Ce document est valable deux ans et coûte 14 euros hors taxes. Seules les cartes de crédit/débit VISA ou MasterCard sont acceptées.

Vous devrez peut-être ajouter d’autres formalités administratives en fonction de l’activité économique que vous exercez, comme une licence d’ouverture municipale, la tenue d’un livre d’or pour les inspections, etc.

GUÍA PARA CREAR UNA EMPRESA EN ESPAÑA 5

Au premier abord, vous remarquerez peut-être que le processus d’établissement de votre société en Espagne est un peu long, nous ne le nierons pas, mais une fois que vous aurez ouvert votre société, vous verrez que tous ces efforts en auront valu la peine. N’oubliez pas qu’à TAS Consultancy nous pouvons vous aider dans la création de votre entreprise et dans toutes les démarches nécessaires que vous aurez à faire pour mener à bien la création de votre entreprise. N’hésitez pas à nous contacter pour obtenir les conseils de nos spécialistes dans le domaine pour créer votre entreprise !

Publié le par Jonatan Carbonell

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

TAS Consultoria - Expertise comptable et création d'entreprise en Espagne

Le blog pour créer une entreprise en Espagne