Auto-entrepreneur en Espagne : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

Auto-entrepreneur espagnol 4 commentaires   Publié le par Jonatan Carbonell


autonomo espagne

Vous avez envie de vous lancer seul dans votre négoce mais vous n’êtes pas encore prêt à créer votre société en Espagne ? Alors pourquoi ne pas choisir de vous mettre à votre compte ? Le statut de travailleur indépendant est plus économique que la création de société, il vous évite les dépenses de création d’entreprise et vous permettra de travailler rapidement comme professionnel à votre compte.

Le statut d’auto-entrepreneur en Espagne :

Le statut d’auto-entrepreneur ou « autónomo » en espagnol signifie qu’une personne physique effectue une activité régulière sans contrat de travail, qui représente son revenu principal. Ce statut juridique est le seul en Espagne pour lequel il n’est pas nécessaire de constituer une société, toute personne se déclarant comme auto entrepreneur peut en effet se lancer et travailler à son compte.
Avant de se lancer, il est important de se renseigner pour s’assurer de bien remplir les conditions pour devenir auto-entrepreneur en Espagne :
Pour obtenir ce statut, il est nécessaire d’être résident fiscal espagnol, il faut donc vivre en Espagne plus de 183 jours par an, y avoir ses activités (ce qui peut se justifier grâce à des factures, un loyer etc.), ainsi que cotiser et payer ses impôts la bas.
Il est important d’avoir, au préalable, bien étudié le marché et les opportunités qu’il offre en fonction de chaque secteur dans un contexte économique spécifique au pays.
Ce choix est donc à faire en fonction de votre situation et de vos possibilités, l’auto-entreprise aura tendance à vous simplifier les choses dans un premier temps et il vous sera toujours possible d’évoluer vers une Société Limitée par exemple si votre activité fonctionne très bien. Il faut noter que la responsabilité de l’entrepreneur en tant que personne physique est engagée avec le statut d’autoentrepreneur, il faut donc être très vigilant car les patrimoines privé et de l’activité sont unis, en cas de dette, l’auto-entrepreneur devra couvrir les dépenses avec son propre patrimoine.

Quelles étapes pour devenir travailleur indépendant en Espagne:

Il faut tout d’abord obtenir un NIE espagnol, c’est-à-dire un numéro d’identification étranger. Ce document vous permet de pouvoir travailler à votre compte en Espagne mais il est aussi indispensable pour la plupart des autres démarches administratives que vous aurez à faire telles que l’ouverture d’un compte bancaire espagnol ou d’une ligne téléphonique par exemple. Ce document est donc obligatoire pour résider mais aussi travailler en Espagne.
Dans un second temps, l’activité économique devra être déclarée à l’Agence Tributaire « Agencia Tributaria » où deux étapes sont nécessaires :
– Se déclarer comme indépendant (« alta censal » en espagnol), il faut à ce moment-là choisir le régime de l’IRPF et de TVA (différentes options sont possibles).
– S’inscrire à l’impôt municipal pour les auto-entrepreneurs (gratuit) (« IAE » en espagnol).
Finalement il faut se déclarer au régime spécial de sécurité sociale espagnol des auto-entrepreneurs.
Les procédures pour devenir auto entrepreneur sont assez simples, toutefois vous pouvez faire appel à une gestoría, cabinet de gestion et conseil qui vous accompagnera dans les démarches.

Avantages qu’offre ce statut :

En vous déclarant comme auto-entrepreneur en Espagne, vous bénéficiez de nombreux avantages fiscaux, vous n’aurez pas de capital minimum à verser au début contrairement à l’ouverture d’une société. De plus, beaucoup de frais sont déductibles de votre activité (tels que la sécurité sociale, les dépenses pour l’achat de matériel, le loyer pour la location d’un local etc).

Quelles sont les cotisations :

L’auto-entrepreneur en Espagne est soumis à deux types de charges fixes : les impôts (la TVA et l’IRPF) et les cotisations sociales.

IRPF: impôt sur les revenus des personnes physiques

Appelé ‘’ Renta de las Personas Físicas’’ en espagnol. Il existe deux systèmes possibles pour déclarer cet impôt :
– L’estimation directe, imposée en fonction des bénéfices obtenus, on compte alors 20% des bénéfices (paiement d’un acompte). Cet impôt se paie tous les mois ou tous les trimestres, comme pour les personnes physiques il varie en fonction des revenus.
– Les modules : C’est un taux fixe appliqué souvent pour les boutiques ou les bars par exemple.

La TVA ou ‘’IVA’’ en espagnol

L’IVA est l’équivalent de la TVA en France.. Il existe trois systèmes qui varient en fonction de l’IRPF choisi. Le plus commun étant le régime général qui correspond à une estimation directe. Une déclaration trimestrielle devra être faite : ce qui a été récolté et ce qui est dû. Le second et le troisième, système simplifié fixe et recharge d’équivalence ne s’appliquent que si l’IRPF choisi est le module.

Les charges sociales :

En tant que travailleur indépendant il faut être inscrit à la sécurité sociale espagnole et cotiser. Il existe un régime spécial pour les auto-entrepreneurs appelé ‘Régimen especial de trabajadores autónomos (RETA)’ en espagnol.
Il faudra anticiper car les cotisations commencent dès le lancement de l’activité.

La cotisation minimum est de 267 € par mois. (ce taux augmente pour les plus de 47 ans). À tout âge les auto-entrepreneurs bénéficient d’une bonification pendant un an et demi (et une bonification additionnelle de 18 mois de plus pour les moins de 30 ans pour les hommes et 35 ans pour les femmes).
Pour effectuer vos démarches ou si vous souhaitez vous faire accompagner pour avoir le statut d’auto-entrepreneur en Espagne n’hésitez pas à contacter nos conseillers qui sauront vous guider dans la mise en place de votre activité mais aussi une fois celle-ci lancée pour vous accompagner dans la gestion de votre comptabilité.

Publié le par Jonatan Carbonell

4 réponses à Auto-entrepreneur en Espagne : ce qu’il faut savoir avant de se lancer

  1. LEVRON MARC dit :

    Bonjour , j’aimerais créer une société en Espagne . J’ai actuellement une société totalement exportatrice en Tunisie. Ma société s’appelle C.E.P.L sarl (Consulting. Event.Production. Logistic) . Je suis le Gérant et ma femme et Co-Gérant nous faisons de la prestations de services dans l’evénementielle. Nous avons l’intention d’acheter un bien en Espagne.

  2. SALOMON dit :

    BONJOUR , Ma femme et moi (qui sommes à la retraite)vivons pres de Barcelone en tant que non résidents.
    Mon fils qui vit actuellement en France voudrait nous rejoindre et ouvrir un petit commerce (meme saisonnier) en auto-entrepreneur.Est il necessaire qu’il devienne resident espagnol?Ou peut il rester non resident en creant une société?
    merci

  3. Jonatan Carbonell dit :

    Bonjour, nous avons transmis votre question au service commercial, pour toutes autres questions vous pouvez nous contacter par mail (tas@tas-sl.es) ou par téléphone (01 70 93 92 40). Merci pour votre attention et bonne journée!

  4. Jonatan Carbonell dit :

    Bonjour, nous avons transmis votre question au service commercial, pour toutes autres questions vous pouvez nous contacter par mail (tas@tas-sl.es) ou par téléphone (01 70 93 92 40). Merci pour votre attention et bonne journée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

TAS Consultoria - Expertise comptable et création d'entreprise en Espagne

Le blog pour créer une entreprise en Espagne