jon
Contactez-nous maintenant! Nos experts vous répondent en moins de 24h
Contactez-nous

Bien que le gouvernement français remet en cause le modèle simplifié de travailleur indépendant, l’Espagne, en revanche, vote pour ce modèle dans le but de relancer l’activité économique, d'aider à la création d'entreprise et de lutter contre un chômage frappant des millions d’espagnols.

Qu'est ce qu'un autonomo ?

L’Espagne offre une fiscalité avantageuse à l’heure de devenir entrepreneur et de créer son entreprise. L'auto-entrepreneur espagnol (aussi appellé autónomo) travaille à son propre compte. Il n'a donc pas de contrat de travail ni de salariés. Son activité est à but lucratif. L'autónomo doit être résident fiscal espagnol, ce qui veut dire qu'il faut qu'il demeure plus de 183 jours au cours d'une année sur le territoire espagnol. Ce dernier est tenu de s'inscrire à la sécurité sociale dès son arrivé et leur informer de toute éventuelle modification de situation professionnelle.

Quelles sont les étapes pour devenir travailleur indépendant ?

Avant de s'établir en tant qu'autonomo en Espagne, la première étape serait d’obtenir un N.I.E. (numéro d’identification pour les étrangers). Ce numéro est rendu obligatoire pour tous ceux qui souhaitent travailler en Espagne.

Dès lors que le N.I.E. a été obtenu, il vous faudra ouvrir un compte en banque puis vous rendre à la mairie afin de procéder à l'enregistrement. Cet enregistrement donne l'autorisation de résider sur le territoire espagnol.

Après cela, il vous faudra déclarer votre activité aux impôts, pour ceci il faut se rendre à l'Agencia Tributaria (Hacienda) et procéder à une déclaration censal qui inclut une demande de numéro d’identification fiscale NIF (ou NIE pour les étrangers). La déclaration « censal» doit être faite pour toute personne développant une activité commerciale sur le sol espagnol.

Finalement, avec les formulaires 036 et 037, il faut vous rendre à la sécurité social et demander l'adhésion au Régime Spécial des Travailleurs Autonomes (Régimen Especial de Trabajadores Autónomos). Lors de l'inscription, vous aurez le choix entre différentes bases de cotisations et une mutuelle à choisir. Á savoir que tous les soins de santé publique comme les frais d'hôpitaux, radios, analyses et consultations sont gratuits.

Quels sont les impôts à payer chez les autonomos ?

En Espagne, l'autonomo devra payer l’IRPF (Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques). Le principe est le prélèvement à la source de 7% les six premiers mois, par la suite on se réfère au barème fiscal en vigueur avec des taux progressifs de 24,75% à 52% suivant les revenus.

Taux applicable au 01/01/2014 :

Taux applicable au 1er Janvier 2014
Régime générale Part du Salarié
De 0 à 17.707 € 24,75%
De 17.707 € à 33.007 € 30%
De 33.007 € à 53.407 € 40%
De 53.407 € à 120.000 € 47%
De 120.000 € à 175.000 € 49%
De 175.000 € à 300.000 € 51%
Plus de 300.000 € 52%


Les charges sociales des travailleurs indépendants

Les charges sociales mensuelles de l’auto-entrepreneur espagnol sont de : -50€ pour les 6 premiers mois -130€ pour les 6 mois suivants -180€ pour les 6 mois suivants -puis 262€.

Suite aux nouvelles mesures mises en place par le gouvernement espagnol, toutes les entreprises, indépendamment de leur taille, pourront bénéficier d'une bonification, « un tarif unique » de 100 euros mensuels pendant les deux premières années, lorsqu'elles recrute des salariés en CDI conclus entre le 25 février et le 31 décembre 2014.

En Espagne, le nombre d’étrangers devenant auto-entrepreneurs est en constante augmentation. En effet, l’accès au marché espagnol est facile et rapide et cela demeure moins contraignant que la création d’une entreprise.

Si vous avez pour projet de devenir auto-entrepreneur en Espagne, nous pouvons vous conseiller et vous aider. N’hésitez pas à contacter l’un de nos experts au +34 93 159 24 80 ou par mail : tas@tas-sl.es.